Notre Blog Actualités



Posté le 10 septembre 2010 - Rubrique Le blog du service Audiovisuel

Premier livre de la collection TACTIL’EVANGILE accompagné d'un CD (texte-chant) destiné à des enfants 3-7 ans malvoyants et/ou aveugles

Figuratif et ludique, il séduira aussi tous les enfants pour l'éveil à la foi

Disponible au Service Audiovisuel - 9 bis Boulevard Voltaire - Dijon et à Cath'Echo - 1 rue Vauban à Dijon

Informations et bon de commande sur le fichier à télécharger.

Contact : Odile BRANCHET (03 80 63 14 38)

Afficher le PDF
Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 21 juillet 2010 - Rubrique Carnet

Le Père Jean-Marie Rolland est décédé le 19 juillet 2010 à l’âge de 83 ans, dans la 60ème année de son sacerdoce.

Ordonné en 1951, il a été successivement professeur au petit séminaire de Flavigny et de Dijon, puis Maître de chapelle de la Maitrise de la Cathédrale de Dijon.

A partir de 1992, il a participé à la charge pastorale de la paroisse du Sacré-Cœur et d’Elisabeth de la Trinité de Dijon (Fontaine d’Ouche).

On gardera sans aucun doute de lui l’image d’un homme humble malgré le succès et la renommée du chœur de la Maîtrise.

Il a toujours voulu s’effacer derrière les voix des enfants du chœur, passant sous silence son travail acharné et passionné.

Officier des Arts et Lettres, il a été nommé Chanoine Titulaire de la Cathédrale St Bénigne en 2006.

Nous pourrons l’entourer de notre prière, ainsi que sa famille,  lors de la célébration de ses funérailles le vendredi 23 juillet 2010 à 10 h à la cathédrale St Bénigne de Dijon.

Bookmark and Share
Commentaires (2)
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...
Abbé PAUL IRENEE KINDA
Le 30 dcembre 2010 à 10H51
Ce n'est pas possible! je m'en doutais bien. Je ne sais pas combien de fois j'ai appelé sur son téléphone (03 80 66 36 88) pour m'entendre dire" bonjour,orange vous informe que le numéro demandé n'est pas attribué."
Et pourtant. Du Burkina ,je l''ai appelé plusieurs fois pour avoir de ses nouvelles. En préparant mon voyage en Europe, je l'ai appelé pour lui dire que je souhaitais passer le voir à Dijon en début septembre avant mon retour au Burkina.
C'est le 15 août 2008 que j'ai rencontré le Père Jean-Marie à l'église de RUYNES( St Flour). Il passait ses vacances à Clavière avec sa soeur et je faisais un remplacement à la paroisse Ste Christine. Après la messe il m'a invité chez eux.Quand je suis reparti nous avons continué à échanger du courrier. Nous nous donnions les nouvelles de nos diocèses et de nos paroisses. Il m'envoyait le bulletin de sa paroisse. J'ai voulu lui faire plaisir en l'appellant au téléphone quelques fois. Il avait prit aussi la résolution de me soutenir dans mon ministète en m'envoyant un chèque tous les deux mois.Cela fait une semaine que j'essaie de le joindre pour savoir si je pouvais passer à Dijon( je suis actuellement à PORNIC pour le service d'été), mais en vain. Rien que hier je disais à un confrère que j'ai peur; et aujourd'hui j'ai voulu chercher le numéro du sécretariat du diocèse pour appeler et demander de ses nouvelles. Je me disais qu'il était peut-être en vacances. Et voilà! J'ai vu ce que je redoutais: décès du Père Jean-Marie ROLLAND.
Dans toutes ses letttres qu'il m'a envoyées, il me donnait toujours des conseils, m'exhortant à la prière et à la fidélité à mon secerdoce et me rassurant toujours de sa prière. Aujourd'hui j'ai perdu un père spirituel, un ami. Ce n'est pas impossible que retrouve sa dernière lettre à mon retour car il m'avait dis en début mai qu'il m'écrirait. Je suis venu en France sans que sa lettre arrive.
Père, repose-toi en paix et que brille toi la lumière de la face miséricordieuse de ton Seigneur! Je dirai une neuvaine de messes pour mon bienfaiteur.
Abbé PAUL IRENEE KINDA
PAROISSE DE KOKOLOGHO
BP 34 KOUDOUGOU
BURKINA FASO
Clémence Debèze
Le 23 juillet 2010 à 18H52
Le père Rolland m'a appris le chant quand j'étais en...CE1, je crois..."les mercredis de la chanson"...
merci pour ces belles années maitrisiennes, père Rolland!


Posté le 06 juillet 2010 - Rubrique Mouvements et associations

Le diocèse de Dijon fait le pari du microcrédit

Un fonds de dotation pour aider les personnes désirant démarrer leur entreprise personnelle vient d’être lancé

Trouver des solutions pour les personnes qui n’ont pas d’emploi. Voilà l’objectif de Mgr Roland Minnerath, archevêque de Dijon, avec la création de la Fondation Rita (Retrouver l’initiative, le travail et l’autonomie), qui offre des microcrédits aux personnes exclues du marché du travail. Dans un contexte de crise économique, Mgr Minnerath a voulu aider « ceux qui luttent pour s’en sortir ». Concrètement, le fonds de dotation propose des prêts jusqu’à 5 000 €, sans intérêts, sans frais de gestion ni frais de dossier, aux personnes désireuses de créer leur emploi mais n’ayant pas d’accès aux systèmes bancaires. « On ne se pose pas en concurrence avec les autres possibilités de financement, on intervient en complément de prêt. Nous sommes un organisme complémentaire », insiste Marylène Graffin, présidente de la fondation.

Pour assurer sa mission, Rita lance un appel aux dons auprès des entreprises et des particuliers qui peuvent bénéficier de déductions fiscales avantageuses grâce à la loi de modernisation de l’économie. L’argent ainsi collecté permet de favoriser les projets les plus modestes qui ne trouvent pas forcément écho auprès des banques. Le projet, d’inspiration chrétienne, repose sur la doctrine sociale de l’Église, mais se veut ouvert à tous et sans distinction de religion.

« La seule condition, c’est le respect de la dignité humaine », assure Marylène Graffin, qui précise que l’action de la nouvelle fondation est limitée au territoire géographique de la Bourgogne, afin d’assurer un tutorat efficace.

Car, en plus du prêt accordé par l’organisme, les bénéficiaires sont suivis par un tuteur, chef d’entreprise expérimenté, chargé de suivre la viabilité du projet et son remboursement. Celui-ci se fait au cas par cas en fonction des situations. La fondation, qui ne poursuit aucun but lucratif, est composée de sept laïcs issus du monde de l’entreprise et désireux d’aider, par leur expérience, ceux qui se lancent dans un projet professionnel. Un prêtre, représentant l’évêque, fait aussi partie du conseil d’administration. L’organisme a été lancé officiellement en juin, après neuf mois de réflexion, et compte aujourd’hui entre cinq et dix demandeurs. Pour Marylène Graffin, ce projet, « c’est l’Église qui apporte son assistance en temps de crise ».

Le projet repose sur la doctrine sociale de l’Église, mais se veut ouvert à tous et sans distinction de religion.

Charles LE BOURGEOIS, La Croix 06/07/10

Site internet : www.fondation-rita.org

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 10 juin 2010 - Rubrique Ordination

Le dimanche 27 juin, à 15h30, en l’église du Sacré-Coeur de Dijon, Mgr Roland MINNERATH ordonnera deux diacres permanents : Philippe CHORIER-PICHON et Claude LANCE.

Vous êtes invités à vous associer à cette célébration par votre présence et par votre prière.

Présentation des deux futurs diacres permanents

Philippe Chorier-Pichon

Je suis marié et père de deux grands enfants (17 et 20 ans). J’étais Officier de l’Armée de terre. Pleinement épanoui dans mon métier où j’occupais une fonction valorisante. Un appel fort du Seigneur en décembre 2004 a bouleversé une vie heureuse et bien planifiée. Après de nombreuses consultations et réflexions, la voie du Diaconat s’est imposée ainsi qu’une nécessité de rupture professionnelle pour mettre en cohérence ma vie et ma Foi. J’ai donc démissionné pour devenir depuis septembre 2009, aumônier militaire catholique de la région de gendarmerie de Bourgogne et de l’école de Chaumont.

Claude Lance

Native du Jura, la famille a quitté Dole pour Dijon en 1964. J’ai fait mes études au lycée technique Saint-Joseph en mécanique générale. Nous habitions sur la paroisse Sainte-Chantal. Là, je faisais partie de la chorale et du groupe théâtre chez les Chantalistes. C’est d’ailleurs sur ces planches que j’ai connu mon épouse Josette. Nous avons 4 enfants qui, maintenant, ont tous une situation, et 5 petits-enfants. Il y a 6 ans, notre curé nous a parlé du diaconat et les événements se sont enchaînés jusqu’à aujourd’hui, veille de l’ordination qui aura lieu à l’âge de la retraite.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...