Notre Blog Actualités



Posté le 01 juin 2011 - Rubrique Vie du diocèse

DIACONIA 2013 est un appel lancé pour élargir la responsabilité du service des frères à tous les membres de l’Eglise. En effet, la diaconie (service de la charité) n’est pas d’abord une affaire de spécialistes. Elle concerne chacun d’entre nous.

En attendant un blog dédié, en voici une première présentation par le Père Emmanuel PIC.

 

En route pour Diaconia 21

C’était le 7 mai dernier : une trentaine de personnes, soucieuses de solidarité, se sont retrouvées à la maison diocésaine pour lancer officiellement Diaconia, l’événement qui mobilisera les diocèses de France jusqu’à l’Ascension 2013.

 

Diaconia, c’est d’abord une idée de la conférence des évêques de France : il s’agit, d’une part, de s’interroger sur la manière dont les communautés chrétiennes se préoccupent du service de leurs frères ; d’autre part, de rappeler aux baptisés que la dimension diaconale de l’existence chrétienne n’est pas l’affaire de spécialistes, mais qu’elle concerne tout le monde. La démarche a commencé en janvier dernier ; elle aboutira, à Lourdes, pour l’Ascension 2013, à un rassemblement national.

 

« Service du frère » : service des plus pauvres, bien sûr. Mais le frère qui a besoin d’aide n’est pas forcément plus pauvre, plus faible, plus petit. Et le service, pas nécessairement quelque chose d’extraordinaire : il commence par l’attention aux autres, le désir de sortir de soi-même et de regarder autour de soi ce qui se passe. Chacun des actes de la vie de l’Église devrait être ouverte à cette dime n s i o n  d i a c o n a l e , jusques et y compris la transmission de la foi et la célébration.

 

Tous les chrétiens concernés

 

« Diaconie » : dans nos paroisses, le souci des pauvres n’est pas délégué à la correspondante du Secours Catholique, l’ouverture à l’international n’est pas réservée au CCFD le cinquième dimanche de Carême, les visites de malades ne sont pas l’apanage de l’équipe d’aumônerie de la clinique. La diaconie, c’est, avec la liturgie et l’annonce de la foi, l’un des trois piliers de la vie baptismale. Combien de communautés chrétiennes honorent vraiment cette dimension ? Osons poser la question : dans combien de paroisses le carême est-il vraiment un temps de partage et de service ?

Dans un premier temps, il a fallu constituer une équipe diocésaine de pilotage et de suivi.

C’est chose faite : des délégués de mouvements et services, des représentants de doyennés, et bien sûr des

diacres - prioritairement concernés – se mettent en route pour préparer les deux grandes étapes de la démarche.

 

Rendez-vous le 24 septembre

 

Première étape, un travail d’enquête, lancé dans les communautés chrétiennes, avec deux préoccupations :

d’abord, regarder autour de nous quelles sont les situations qui appellent l’Église au service - fragilités, précarités,

difficultés. Dans le même temps, nous interroger sur la manière dont nos communautés répondent à cet appel.

L’enquête sera lancée dans l’automne 2011, et se poursuivra jusqu’au temps du carême, pour aboutir à un temps

d’échange, en diocèse : retenons d’ores et déjà pour cela la date de l’Ascension 2012.

 

Deuxième étape : créer des liens et se préparer à entrer dans une dynamique de célébration, avant le  rassemblement de Lourdes. L’Église catholique n’a pas le monopole du cœur ; et depuis le Concile Vatican II, les chrétiens sont encouragés à s’associer à d’autres pour accomplir leur part de service. C’est pourquoi cette étape commencera par une série de prises de contact, destinés à élargir les horizons des communautés et aussi à faire connaître la  manière dont les chrétiens vivent l’appel du Christ à être serviteurs de leurs frères.

 

Père Emmanuel PIC

 

Rendez-vous le samedi 24 septembre 2011, pour faire le point sur la préparation et lancer l’enquête dans les communautés

 

Site internet national de Diaconia 2013 ; http://www.diaconia2013.fr/

Afficher le PDF
Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 31 mai 2011 - Rubrique Carnet

Le Père Henri MENESTRIER, prêtre du diocèse de Dijon, est décédé ce vendredi 27 Mai 2011 dans son appartement de la Maison diocésaine.

Ses obsèques présidées par Mgr Minnerath ont été célébrées

ce mardi 31 Mai 2011 à 10 h 30 à l’église Saint Michel de Dijon.

Le Père DARCY son ami a prononcé l'homélie ( téléchargeable ci-dessous en PDF)

L’inhumation aura lieu dans l’après-midi au cimetière de Villy-en-Auxois (21).

Nous l’accompagnons de notre prière.

P. Eric Millot.

 

Le Père Ménestrier est né en 1930 à Villy en Auxois. Elève du petit séminaire de Flavigny puis du grand séminaire de Dijon, il a été ordonné prêtre le 1er mai 1956.

Il a été successivement vicaire à Nolay (1956), à St Nicolas de Beaune (1959), à Notre Dame de Beaune (1960), à St Michel de Dijon (1966). En 1973, il a été affecté au doyenné Côte Sud en résidence à Santenay puis nommé curé de Meursault, Puligny et chargé du secteur de Santenay en 1983. En 1991, il ajoutera le secteur de Pommard à sa charge.

En 1995, il a été nommé vicaire à St Bénigne de Dijon jusqu’à sa retraite en 2007. Depuis cette date, il n’a pas manqué de rendre d’importants services à la paroisse St Michel de Dijon, à l’école primaire St François et de nombreuses paroisses qui faisaient appel à lui.

Infatigable voyageur, passionné d’histoire, d’architecture et d’art sacré, il ne manquait jamais de faire partager ses passions.

Il est décédé ce 27 mai 2011 dans son appartement de la maison diocésaine, tout juste rentré d’un voyage en Normandie et alors qu’il était attendu pour la célébration d’un baptême. Actif jusqu’au bout malgré ses nombreux soucis de santé, il laisse le souvenir d’un homme serviable, brillant et plein d’humour.

Que le Seigneur l’accueille dans son Royaume.

 

Afficher le PDF
Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 30 mai 2011 - Rubrique lire, écouter, regarder

C’est un nouvel ouvrage d’un prêtre du diocèse de Dijon qui nous est proposé. Mais le genre littéraire de celui-ci est plutôt rare parmi les écrits des prêtres :

il s’agit d’un roman. Auteur de plusieurs livres sur Élisabeth de la Trinité, le curé de la paroisse B i e n h e u r e u x Jean XXIII de Dijon, nous offre ici le récit d’un voyage scolaire qui aurait pu être bien ordinaire mais qui, en raison d’événements qu’on laisse au lecteur le soin de découvrir, devient voyage initiatique dans la Grèce au temps de saint Paul.

Voyage dans le temps, voyage dans les Écritures, voyage dans les civilisations d’hier et d’aujourd’hui, ce roman nous ouvre au choc de la découverte de la force de la prédication de saint Paul aujourd’hui tout autant qu’hier. A la manière d’un roman historique – peut-être pourrait-on oser l ’ appellation « roman apostolique » ! – cet ouvrage écrit à l’intention des jeunes n’est pas qu’un récit de voyage mais une invitation à redécouvrir que Dieu parle dans tous les événements de la Vie.

Père Eric MILLOT

Patrick-Marie Févotte, Demain j’étais Éditions Elzévir, 2011

Retrouvez d'autres propositions de lecture dans EGLISE en CÔTE d'OR de juin - sortie ce jeudi.

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 27 mai 2011 - Rubrique Pèlerinage

Une trentaine de gendarmes dijonnais, accomppagnés de leur aumônier, le diacre Philippe CHORIER-PICHON ont participé le week-end dernier au 53ème pèlerinage militaire international (PMI) à Lourdes, parmi plus de 12.000 soldats venus d'une trentaine de pays.

Le pèlerinage international est organisé par le diocèse aux armées, en France. Thème de cette année "Unis par le Père et une même prière !".

Mgr Luc Ravel, évêque aux Armées a appelé dans son homélie d'ouverture du pèlerinage "tous les hommes et toutes les sociétés (...), à faire sans tarder l’expérience de la liberté religieuse, chemin vers la paix !...la liberté religieuse, a-t-il précisé,  est une arme authentique de la paix … elle valorise et fait fructifier les qualités les plus intimes et les potentialités de la personne humaine capables de changer et rendre meilleur le monde".

Pour lire l'homélie de Mgr Luc Ravel : http://www.dioceseauxarmees.catholique.fr/diocese/pmi/639-homeliesravel.html
Benoît XVI a transmis un message invitant chacun à tourner son regard vers Marie « dans des moments de veille, de solitude et d’épreuves » à vivre parfois dans des opérations extérieures : http://www.dioceseauxarmees.catholique.fr/diocese/pmi/626-benediction.html

 


Le Diocèse aux Armées Françaises

 

  1. Pourquoi un diocèse aux armées?

 

a) Le militaire fait le choix de se mettre au service du pays, en dépassant ses intérêts personnels. Il doit se préparer à vivre des situations exceptionnelles qui le confrontent à la détresse extrême et à la mort. Cette spécificité est la principale raison d'être de l'aumônerie militaire. 

b) La vie quotidienne au sein de l'aumônerie appelle tous les militaires, civils de la Défense et leur famille, à créer une communauté fraternelle et apporte l'aide morale et spirituelle qui contribue à l'équilibre du combattant et à la cohésion du milieu. Cette action étroitement liée à l'institution militaire, s'exerce en relation avec le commandement dans le cadre du Diocèse aux armées françaises (D.A.F.).

c) L'aumônerie catholique des armées est présente au sein du ministère de la Défense. Sa base juridique est constituée par  une série de lois dont celle 8 juillet 1880. Ces textes précisent le droit fondamental pour chaque militaire de pratiquer sa religion et les responsabilités du commandement en matière d'exercice des cultes.

d) Devenu le 21 juillet 1986 diocèse aux armées françaises par Jean-Paul II en application de la constitution apostolique « spirituali militum curae ». La cathédrale du diocèse est St louis des Invalides à Paris.

 

     2.Un diocèse à part entière :

a) Un Évêque aux Armées Françaises : Monseigneur RAVEL, à ce titre, il participe à la conférence des évêques de France. Assisté d'un vicaire général et d'un adjoint par armée (terre,air, mer et gendarmerie)

b) des aumôniers (prêtres, diacres et laïcs)  répartis sur tout le territoire en fonction des effectifs. En Côte d'Or, deux aumôniers militaires sont présents :

  • l'aumônier Jean-Louis PORTAY, prètre,  en charge de la base aérienne 102 et du 511° Régiment du Train.
  • L'aumônier Philippe CHORIER-PICHON, diacre, en charge de la région de gendarmerie de Bourgogne et de l'école de Chaumont.

c) Une Cathédrale : Saint Louis des Invalides et un siège pour le diocèse : 20 bis rue Notre Dame des Champs, 75006 Paris

d) Un événement majeur annuel : le pélerinage militaire international  à Lourdes. En 2011, près de 13000 militaires et 37 nationalités étaient présentes. 32 baptêmes et 94 confirmations ont été célébrés à cette occasion. Par   ailleurs, le diocèse aux armées françaises sera présent d'un façon spécifique aux JMJ à Madrid.

e) le militaire et sa familles relèvent  donc du diocèse aux armées françaises. Le diocèse aux armées françaises possèdent ses propres registres comme les autres diocèses pour les différents sacrements. Ainsi en 2009, 1158 baptêmes et 252 mariages ont été célébrés par les aumôniers (prêtres et diacres) dans le diocèse. Par ailleurs, près de 426 mariages ont été préparés.

 

3 le rôle d'un aumônier militaire: Il n’a ni grade ni rang dans la hiérarchie militaire,

a) Un homme qui écoute et qui vit avec la communauté militaire dont il a la charge

b) Il partage avec eux les bons moments comme les évènements dramatiques.

c) Il agit évidemment en complémentarité avec le clergé local

d)il rassemble une communauté et l’anime, prie pour et avec elle,et célèbre les sacrements.

Pour en savoir plus, vous pouvez cliquer sur la plaquette ci-jointe.

Le Site internet : www.dioceseauxarmees.catholique.fr

Afficher le PDF
Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...