Notre Blog Actualités



Posté le 03 novembre 2011 - Rubrique Culture et patrimoine

Ce mercredi 2 novembre s'est tenue la conférence de presse présentant « l'année saint Bénigne, des Racines aux Fruits », à la Maison Diocésaine.


Plusieurs membres de l'Association « Saint Bénigne des Racines aux Fruits » (qui a pour objet d'initier, piloter, soutenir ou labelliser toutes les activités visant à célébrer quinze siècles de culte et de culture autour de saint Bénigne) sont venus entourer leur Président, Jean-Michel Pelotte.

Ce dernier, délégué épiscopal à la Culture, a présenté les principales étapes de ce grand projet ayant pour but de mettre à l'honneur le martyr, à l'aide de différents intervenants, dont Mgr Minnerath, présent pour l'occasion.

L'année saint Bénigne, dont le Diocèse est à l'origine, s'ouvrira officiellement dans quelques jours lors de la célébration du saint patron de Dijon, et s'achèvera par cette même célébration un an plus tard, en novembre 2012.

Cette année se déroulera en 4 grandes étapes :

1) Célébration de saint Bénigne : du 11 au 13 novembre 2011

2) Semaine culturelle : du 9 au 22 février 2012 (exposition « les métiers de Cathédrale », concert aux 1500 chandelles, conférences, histoire des Batîments Saint Bénigne, messe des Artistes)

3) Nuits des Cathédrales : les 11 et 12 mai 2012 (concert Flamboyant , chorégraphies, conférences, visites...)

4) Célébration de saint Bénigne : novembre 2012


A noter que des représentants du Conservatoire, du musée des Beaux-Arts, de la Bibliothèque Municipale, du musée d'Art Sacré, des Archives Départementales, du Bien Public et du Diocèse de Dijon ont fait le déplacement pour cette manifestation, formant une assemblée d'une trentaine de personnes.


Le site internet du Diocèse vous offrira bien entendu toutes les informations nécessaires pour suivre l'ensemble de ces évènements !

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 02 novembre 2011 - Rubrique Prière, veillée, célébration

En ce jour de la Toussaint, la cathédrale Saint-Bénigne recevait la messe pontificale.

Accompagnée durant la célébration par les chants de la Maîtrise, l'assemblée de fidèles a répondu présente en ce jour de fête, remplissant entièrement l'édifice.

Dans son homélie, Mgr Minnerath nous a tout d'abord rappelé que le ciel évoqué dans l'Evangile du jour (« votre récompense sera grande dans les cieux ») n'est pas le ciel présent dans l'univers, celui de la création. Ce ciel dont parle la Bible n'est ni dans notre temps ni dans notre espace. Dieu étant éternel, il est hors espace et hors du temps.

Notre Archevêque a ensuite invité les fidèles à « ne pas s'arrêter à la dimension sociale, biologique, culturelle de notre existence ». Il faut s'ouvrir au spirituel, apprendre à « faire confiance ».
Il précise : « le ciel de Dieu est déjà présent sur la Terre : quand on fait quelque chose de notre vie de bon ou de généreux, le ciel arrive sur Terre ».

Mgr Minnerath a ensuite rappelé que les saints sont nos exemples, et qu'en agissant comme eux, nous ne sommes pas condamnés à disparaître mais invités à rejoindre dans la gloire le Dieu de la Vie. Cela est possible « en renonçant à tout ce qui est violence, à faire naître quelque chose de pacifique. Cela n'est pas dicté par la Chair et par le Sang, mais par l'Esprit, qui est ce plus qui fait de nous des humains, et pas seulement des êtres ».

Et l'Archevêque de conclure : « Que cette fête retentisse dans votre coeur, raffermisse votre Foi. Soyons confiants dans ce que Dieu nous promet, dans ce Dieu qui nous amènera dans le Royaume des cieux, dans la Gloire et dans la Vie qui ne finit pas ».

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 30 octobre 2011 - Rubrique Evénements

 

Non seulement, ils remplissent chaque ligne de nos calendriers, mais en Côte d’Or, nous avons la chance de les croiser en sillonnant les routes de nos villes et de nos campagnes : St Bénigne qui a offert sa vie pour annoncer l’Evangile dans notre région, St Robert de Molesmes et St Bernard de Fontaine qui ont donné tant de vitalité à la vie monastique, Ste Catherine Labouré de Fain les Moutiers, Bienheureuse Anne-Marie Javouhey de Chamblanc et St Just de Bretenières qui ont eu le souci de la mission universelle, Bienheureuse Elisabeth de la Trinité si présente dans le cœur des Dijonnais… La traversée des communes où ils ont vécu, les églises qui portent leur nom, les abbayes et monastères où ils sont vénérés : tant de lieux nous rappellent tout ce que le diocèse leur doit.

Et tous ceux qui ne seront jamais dans le calendrier !

Ceux qui nous ont évangélisés par leurs paroles et leur exemple, ceux qui nous ont catéchisés, ceux qui ont tant aidé les plus pauvres, ceux qui ont servi leurs paroisses dans la discrétion et l’humilité, ceux qui ont soutenu l’Eglise par leur prière et leur collaboration. Ils sont nombreux les saints de Côte d’Or. Ils ont vécu au milieu de nous et on leur doit beaucoup. Et tant d’autres sont encore présents parmi nous. Nous en connaissons tous : ils servent humblement l’Eglise et chacun, selon son charisme, annonce l’Evangile.

Rendons grâce à Dieu parce qu’aujourd’hui, par leur vie et leur prière, ils proclament pour nous les béatitudes.

         

 

« Heureux les pauvres de cœur : le Royaume des cieux est à eux.
Heureux les doux : ils auront la terre en partage.

Heureux ceux qui pleurent : ils seront consolés.
Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice : ils seront rassasiés.
Heureux les miséricordieux : il leur sera fait miséricorde.
Heureux les cœurs purs : ils verront Dieu.
Heureux ceux qui font œuvre de paix: ils seront appelés fils de Dieu.
Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice : le Royaume des cieux est à eux.
Heureux êtes-vous lorsque l'on vous insulte, que l'on vous persécute et que l'on dit faussement contre vous toute sorte de mal à cause de moi.
Soyez dans la joie et l'allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux; c'est ainsi en effet qu'on a persécuté les prophètes qui vous ont précédés. »

(Mt 5, 3-12)

 

 

Cathédrale St Bénigne

10 h : Messe Pontificale

 

Eglise St Michel :

17 h : Vêpres Pontificales



Plus d'informations sur cette fête de la Toussaint
http://www.eglise.catholique.fr/foi-et-vie-chretienne/la-celebration-de-la-foi/les-grandes-fetes-chretiennes/toussaint/toussaint2.html

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 28 octobre 2011 - Rubrique Oecuménisme

 

Le mercredi 19 octobre, à 20h, à Dijon, la salle Camille Claudel des Grésilles accueillait de nombreux auditeurs, désireux d’entendre dialoguer Michel Santier, évêque de Créteil, président du Conseil pour les Relations Interreligieuses auprès de la Conférence des évêques de France et Mohamed Moussaoui, président du Conseil Français du Culte Musulman(CFCM).

Pour ses organisateurs, cette conférence, dans la lignée de la première rencontre de la Conférence des Responsables de Cultes en France, s’appuyait sur la pensée du philosophe Paul Ricoeur : « Si les religions ont un sens, c’est de libérer le fond de bonté des hommes, d’aller le chercher là où il est complètement enfoui. »

Pari gagné pour les conférenciers, qui ont abordé chacun le sujet avec l’éclairage de sa religion.

Ainsi, pour Monseigneur Santier, toutes les rencontres de Jésus racontées dans le Nouveau Testament insistent sur son regard miséricordieux, qui est celui de Dieu envers tout homme. Dieu est Bon. La bonté est au cœur de la religion chrétienne, et l’accueil bienveillant à la base de tout dialogue.

Loin d’être naïve, cette attitude est la seule qui peut désarmer la violence, et conduire à la paix, avec soi et avec les autres, car elle touche le cœur, tandis que les peurs, les jugements a priori, empêchent tout dialogue. Cela suppose un travail intérieur pour voir la vie avec les yeux du cœur.

La Bonté est une valeur universelle. C’est un appel à se comporter comme le prochain de tout homme, comme dans la parabole du Bon Samaritain.

A son tour Monsieur Moussaoui évoque la notion de Bonté développée dans le Coran , notamment dans la Sourate 2 V177: il s’agit d’ une Bonté pieuse, qui relie la foi en Dieu et la générosité envers autrui. Elle se manifeste particulièrement vis à vis des parents (Jésus lui-même a été très bon avec sa mère), et vis-à-vis des voisins. (Le prophète a toujours respecté son voisin, un Juif) Si les relations avec autrui sont difficiles, il est conseillé de pratiquer au minimum l’équité (« Dieu aime ceux qui sont équitables ») et de rechercher la justice (« semailles de justice, moisson de bonté »).Enfin la pratique de l’aumône, est une manifestation de la Bonté.

A l’heure où nos sociétés sont en crise, où il est indispensable de restaurer la confiance, les impératifs éthiques dépassent le cadre religieux : l’altruisme est devenu une exigence morale, c’est le nom laïque de la Bonté, a estimé Monsieur Moussaoui.

Ces interventions ont été suivies d’un échange avec la salle, au cours duquel les deux interlocuteurs ont montré leur ouverture et leur calme, donnant des exemples réussis de dialogue, et refusant nettement toute dérive violente ou toute instrumentalisation. Une bonne préparation pour la rencontre interreligieuse d’Assise, quelques jours plus tard !

 

Maguy Minonzio

 

 

 

 

 

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...