Notre Blog Actualités



Posté le 18 novembre 2011 - Rubrique Carnet

Le témoignage suivant a été réalisé par Odile Branchet et Véronique Deballon, responsables de la Bibliothèque Diocésaine, de la documentation catéchétique, et du service audiovisuel, mais également anciennes collaboratrices de Marie-Antoinette au service de catéchèse.


Ce texte a été lu lors de la cérémonie des obsèques de Marie-Antoinette, le jeudi 17 novembre en l'église Notre-Dame de Talant.





Nous voudrions vous livrer quelques souvenirs, liés à la première mission diocésaine de Marie- Antoinette.

Quand nous sommes arrivées au service de catéchèse, Marie-Antoinette était déjà en poste, et avait la responsabilité de la catéchèse primaire. Elle a été embauchée en 1992 par le Père Yves Frot, alors qu’elle était responsable de la catéchèse à la paroisse de Talant, elle n’avait pas le permis. Sa nouvelle fonction l’obligeant à se déplacer, elle fit preuve de ténacité et obtint son permis.

 Elle fut notre aînée dans ce service  jusqu’en 1999, date à laquelle elle a acceptée de servir à la commission de l’Art Sacré. Expérimentée, solide nous trouvions vers elle une oreille attentive, nous, toutes nouvelles. Toujours intéressée par nos questionnements, on sentait qu’elle se passionnait pour sa charge. Il y avait alors de nombreuses réunions nationales, régionales, diocésaines, qu’elle ne manquait jamais, toujours heureuse de se former. Comment  oublier tous les Km avalés, pour assurer les formations et l’accompagnement des catéchistes dans chaque doyenné. Elle aimait et savait travailler en équipe.

Forte de sa licence d’histoire de l’Art, elle aurait pu rester sur ses acquis lorsqu’elle a acceptée sa nouvelle mission à la commission d’Art Sacré. Mais elle a tenu à suivre, durant trois ans des cours à l’institut des Arts Sacrés de Paris. Elle avait un sens aigu de l’Eglise diocésaine et universelle.

Marie-Antoinette nous a toujours ‘’bluffé’’.  Face à la maladie elle a fait preuve d’une force et d’une sérénité remarquables. Elle restera pour nous un exemple de ténacité.

Véronique et Odile


 

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 18 novembre 2011 - Rubrique Carnet

 

Ci-joint en PDF le texte de l'homélie prononcée par le Chanoine Jean Darcy lors de la messe d'adieu à Mgr Maurice Gaidon, ce vendredi en la cathédrale Saint-Bénigne.

Afficher le PDF
Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 17 novembre 2011 - Rubrique lire, écouter, regarder

Les Petites Soeurs des Pauvres organisent une vente-exposition de travaux réalisés par les résidents et bénévoles.


A découvrir notamment : tricots, layettes, coussins, tabliers, cartes de voeux, jeux, livres, vaisselle, verrerie, meubles...


Vendredi 18 novembre de 14h à 18h

Samedi 19 et Dimanche 20 novembre de 9h à 18h



Petites Soeurs des Pauvres, 35 boulevard de Strasbourg, DIJON

Afficher le PDF
Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 16 novembre 2011 - Rubrique Evénements

Le Diocèse était en fête dimanche 13 novembre, pour la journée dédiée à son saint-patron.


Dès l'ouverture de la Messe Pontificale à la cathédrale, Mgr Minnerath a tenu à rappeler que nous fêtions les 1500 ans du culte de saint Bénigne. Voilà pourquoi toute l'année lui est consacrée à partir de ce deuxième week-end de novembre.

Au début de son sermon, l'Archevêque a souligné l'importance des saints martyrs. « Grâce au personnage de saint Bénigne, nous pouvons retracer l'origine apostolique de notre région. Nous avons le rare privilège de pouvoir rattacher notre région à un apôtre. Ces premiers chrétiens, avec une force intérieure incroyable, ont résisté à une pression extrêmement forte. Ils répondaient simplement aux autorités : je suis chrétien ».

Mgr Minnerath a également rappelé l'importance de la Foi dans la vie de l'Homme : « S'il n'y a plus de Dieu au sommet de la hiérarchie, on y met une idole. L'Homme n'a alors plus de repères ».

Puis, l'Archevêque a expliqué le rôle social et le soucis de cohésion du christianisme : « Si Dieu existe, alors nous sommes tous frères. Nous savons que nous avons besoin de nous pardonner mutuellement et nous avons cette source, capable de nous redonner de l'énergie pour repartir vers nos directions humaines. Les grands critères du vivre-ensemble, nous devons les découvrir, pas les inventer. Ils sont dans le christianisme.[...] C'est dans le Christ que nous accomplissons notre vocation humaine ».

Et le célébrant de conclure : « Souhaitons une chose : nous sommes le maillon d'une chaîne ininterrompue. Le fond de l'Homme n'a pas changé, il cherche le pourquoi de la vie, à accrocher ses espérances à un rocher solide, le Christ. Transmettons-le. Nous resterons ferme dans la Foi, nous n'essaierons pas de nous adapter à n'importe quelle convenance. Nous vivrons notre Foi et nous donnerons aux autres l'envie de découvrir ce à quoi nous sommes attachés, qui nous donne le bonheur d'exister ».


Que ce premier week-end de festivités autour de notre saint-patron nous emmène sur les pas de saint Bénigne, qui sera à l'honneur tout au long de cette année (plus d'informations à propos de l'année saint Bénigne sur notre site).

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...